Les circuits patrimoine

Quelques indices pour décrypter le patrimoine de Muzillac…



Circuits patrimoine de Muzillac et Bourg Pol

« La ville de Muzillac a pris de l’importance avec la construction, au XI ième siècle, d’un château fort, là où la marée cessait de se faire sentir et rendait la rivière guéable. Ce château devient le siège d’une châtellenie dont le ressort s’étendait aux paroisses de Noyal, Ambon, Billiers, et Arzal : le canton actuel. » (J.DANIGO) Il a abrité la Chambre des Comptes de Bretagne de 1288 à 1342, puis a été brûlé par les Anglais, lors de la guerre de Succession de Bretagne.
« La ville féodale occupe la rive gauche de la rivière et dessine un rectangle aux rues parallèles avec des places aux extrémités. Cette régularité inhabituelle évoque les villes neuves médiévales qui ont surgi à l’abri d’un château fort » (J.DANIGO)


Place St Julien

Cette place a repris le nom de Place St Julien ( patron des voyageurs). Autrefois, une chapelle du même nom se situait devant l’Office du Tourisme actuel. Avant la Révolution, les habitants de Muzillac y assistaient aux offices religieux, l’église de la paroisse étant éloignée à Bourg Pol. Elle s’est appelée, place Emile Le Bodo, puis place de l’Hôtel de Ville.


Salle Adélaïde (XIX ième)

L’architecture néo-classique de ce bâtiment est très inhabituelle pour une chapelle en Bretagne (fronton triangulaire de temple grec, façade en calcaire blanc, fenêtres avec linteaux en acier et côtés en briquettes) Cette construction (1839-1844) avait pour objectif de faciliter l’assistance aux offices religieux, au centre de Muzillac; elle causa de nombreux soucis à la municipalité : manque de finances, travaux mal exécutés. Elle doit son nom au fait qu’en 1837,la princesse Adélaïded’Orléans, sœur de Louis Philippe, fit un don pour construire cette chapelle. Annexe de l’église de Bourg Pol jusqu’en 1903, elle fut désaffectée suite aux dégâts d’une tempête. Ensuite, elle connaîtra de multiples fonctions, deviendra salle des fêtes et, depuis sa restauration, salle municipale d’expositions.


Office du tourisme (XIX ième)

Le bâtiment fut  construit vers 1835, avec les pierres de la caserne de douanes Ste Rosalie, pour être une école communale, garçons d’un côté, filles de l’autre.  L’escalier commun permettait une sortie des enfants vers une place et non directement dansla rue. L’horloge du dôme fut installée en 1859, grâce à un don de Napoléon III. L’architecture est sobre, avec des lucarnes (18 iè) de réemploi, des entourages faits de pierres inégales, une façade enduite et des volets.
De 1854 à 1950, ce fut l’hôtel de Ville, dont son nom. Le bâtiment abrita, aussi,  le tribunal cantonal de Justice et Paix à l’étage et les douches municipales au rez de chaussée puis la bibliothèque municipale. L’Office du Tourisme y est installé depuis 1993.


Espace Mauduit (XIX ième)

La commune fit l’acquisition en 1950 d’un ancien hôtel particulier. Il fut construit, fin XIX ième, parla famille Mauduit. Celle-cia compris, dans ces membres, un des premiers républicains puis deux maires de la commune (1821-1929, 1891-1914) La parcelle était une propriété dela famille Burgault, acheteur du couvent des Ursulines et de ses dépendances comme biens nationaux à la Révolution.
De style classique, la porte d’entrée est particulièrement soignée : décor à bossages, consoles à volutes qui soutiennent le balcon. A l’arrière, la tour abrite l’escalier qui dessert les deux étages. Un évier en pierre et un lavabo potager sont visibles dans le porche.


Enclos des Ursulines

La propriété des Ursulines, séparant Bourg Pol et Muzillac, était entourée d’un haut mur dont il reste de nombreuses portions. La maison bourgeoise et son parc ont d’ailleurs pris le nom de l’Enclos.


Vieux Couvent (XVIII ième)

Commencé  au XVIIè, le bâtiment abritait un couvent d’Ursulines. Venues de Ploërmel, elles avaient en charge l’instruction des jeunes filles dela commune. Ellesoccuperont les lieux jusqu’à la Révolution, période où elles seront chassées. Les bâtiments seront démolis en partie.
L’aile restante, rénovée en1990, aété aménagée et agrandie pour accueillir le centre culturel.

Il est possible de voir :

  • la porte d’entrée avec son fronton triangulaire (Place du Vieux Couvent)
  • l’escalier  construit en granit et en tuffeau, les boiseries (A l’intérieur)
  • les arcades en granit du cloître, les fenêtres en tuffeau (Jardin du Vieux Couvent)

Bassin de l’enclos

Pour faire maigre, le poisson était un met très apprécié. Un vivier avait été creusé en haut de la propriété des Ursulines, car une source l’alimentait en eau. Le bassin et le puits viennent d’être restaurés par la municipalité avec le concours du chantier « Nature et Patrimoine »


Eglise Sainte-Thérèse (XX ième)

Construite après l’incendie d’une partie de l’église de Bourg Pol, sa première pierre fut posée en 1930.Ouverte au culte en 1934, « la nouvelle église en impose par sa masse, son élévation et la régularité de son plan en forme de croix latine » (J.DANIGO)
Elle est d’architecture néo-romane. La crise des années30 aconsommé le budget et le clocher n’a pas été construit.
Elle abrite des croix, calices et patènes des XVII et XIX iè (classés Monuments Historiques) La datation a été facile à réaliser grâce à trois poinçons (date, orfèvre et région)  Deux tableaux (17 ième), représentant un chanoine régulier, viennent d’être restaurés. Les sculptures du chemin de croix et des bénitiers ont été inspirées par les « Seiz Breur »


› Place Brizeux

Calvaire : croix chanfreinée, pattée, fin XVII iè
Maison double façade (2 Place Brizeux): milieu à fin XIXè
La façade sud sur jardin, de type ternaire, comporte une travée centrale à pilastres qui encadre une fenêtre à balcon et est surmontée d’un fronton triangulaire. Pour éclairer les combles, des ouvertures ont été aménagées dans les souches de cheminées.


Jardin St Pol

C’est à partir du IXè siècle que la première église  fut dédiée à St Pol, Bourg Pol étang le siège dela Paroisse. Salocalisation ne s’est pas faite par hasard. En effet, l’église, étant visible de loin, servait d’amer pour les marins.
Malheureusement, l’église de Bourg Pol, a été en grande partie détruite lors d’un incendie en 1929 et démolie en 1936. Elle possédait un remarquable transept du XVè et sa nef datait des XIè et XIIè siècles.
Aujourd’hui il reste un intéressant portail du XVè, une ancienne chapelle  contenant la statue restaurée du saint, le perron de la tour, un calvaire, et les murets de l’ancien cimetière, désaffecté, qui  a pris récemment le nom de « Jardin Saint Pol ».


Maisons XVII ième – Quartier de Bourg Pol ou Bourg Paul

De nombreuses maisons anciennes sont visibles dans les ruelles de ce quartier maintenant très calme.


Calvaire : Rue du Rouët


Place St Goustan

Plusieurs maisons alignées (No 8-9-10-11) ont des éléments d’architecture caractéristiques du XVI ième siècle. Il pourrait s’agir d’un ancien hôpital St Eloi et St Yves.
La ruelle de la Ville en Bois indique les constructions légères et précaires des faubourgs qui existaient autrefois. Un abri de jardin donne surla rue Bazin. Les4 pans rectangulaires forment un toit à croupes


Place du Marché

L’immeuble (4 Place du Marché) est une ancienne auberge (Au Bras d’Or). La remise et les écuries étaient accessibles par le portail. Le Crédit Agricole occupe un bâtiment plus récent (hôtel Hervé) qui a remplacé un calvaire détruit à la Révolution, en portant malheur à son destructeur.
Un coup d’œil sur la place fait remarquer quelques belles lucarnes.


Maison de l’Anglais

Située 12 place du marché, elle aurait été construite par un partisan de la maison de York, pendant ou après la « guerre des Deux Roses » Cette maison a subi bien des transformations mais garde une belle porte  de style seconde Renaissance (XVIè ou début du XVIIè): pilastres, médaillons et clef d’arc à volutes. Les roses de l’écusson ne sont plus visibles.
Ce bâtiment a été utilisé, au XVIIIè, comme prison, accueillant les condamnés aux galères qui faisaient étape à Muzillac, en se rendant à pied à Brest, pour l’embarquement. Victor Hugo l’a dessiné sommairement lors d’un passage à Muzillac.


Grande Rue

Quelques maisons à colombages (10 et 14 Grande Rue) sont reconnaissables à leurs façades, malgré les enduits. Elles comportent quelques sculptures grotesques d’époque XV ou XVIè. Le No4 comprend une belle façade de maison en tuffeau, pierre calcaire blanche. Les arcs plein cintre et les moulures sont caractéristiques du milieu XIXè.


Bibliographie :
Claude LE DUIGOU« LANNPAUL-MEZUILLAC e BRO-EREC », 102 pages, juin 2001, non publié
J.DANIGO « Eglises et chapelles du canton de Muzillac », 158 p, Cahiers de l’UNIVEM, printemps 97
Marc. DECENEUX  «La Bretagne Romane»
G. LE MENACH  « Muzillac et son canton », 132 p, 1962
Félix HERVE : pages patrimoine des bulletins municipaux,
Bernard LE LAN,Thierry MONFORT: Archives atelier patrimoine de l’association Dasson Penn Meur

Avec le concours de :
C. TOSCER, conservateur en chef du patrimoine, Service de l’Inventaire, DRAC Bretagne
D. MENS, conservateur du patrimoine, Conseil Général du Morbihan
CAUE du Morbihan
Stagiaires Office du Tourisme


streamporn24.com